MARAIS DE MEYRANNE

Au carrefour géographique entre la plaine de la Crau et la Camargue, les marais de Meyranne se situent dans un lieu stratégique.

Essentiellement dulçaquicoles (constitués d’eau douce), les marais de Meyranne résultent d’anciens écoulements des eaux de crues de la Durance et du Rhône ainsi que d’eaux de sources de la dépression des Baux de Provence. Ils présentent une exceptionnelle richesse faunistique et floristique, due au milieu doux de la Crau humide. On y rencontre une intéressante diversité de milieux : des milieux aquatiques temporaires et permanents, des milieux halophiles au nord-ouest (seule partie salée du site), des roselières ainsi que des ripisylves et des formations boisées. Au vue de la fragilité de ses habitats, le site est fermé au public.

Le site s’est récemment agrandi à l’Est grâce à une acquisition de 111 ha supplémentaires comprenant des résurgences de la nappe de Crau et rassemblant des milieux naturels et des espèces floristiques particulièrement rares dans la région.

La faune

Plus de 100 espèces d’oiseaux ont été recensées : sarcelles, canards et foulques hivernants, hérons arboricoles et échassiers (Grande aigrette, Cigogne blanche…), nicheurs inféodés aux roselières (Butor étoilé, Râle d’eau, Lusciniole à moustaches…), rapaces, sternes, mouettes…

Parmi les insectes, on note une belle diversité de papillons (Diane, Ecaille chinée) et de libellules (Cordulie à corps fin, Agrions orangé et blanchâtre).

Diverses espèces de poissons fréquentent les marais dont 2 patrimoniales : l’Anguille et le Brochet.

Amphibiens et reptiles rencontrés sont communs pour la région (Rainette méridionale, couleuvres, lézards etc.), mais il est à noter la présence de Cistudes d’Europe, tortues d’eau douce menacées.

Enfin, après avoir frôlé l’extinction, de nouveaux indices de présence semblent indiquer que le Castor d’Europe aurait retrouvé ici un lieu de vie et de reproduction idéal.

La flore

La végétation s’apparente à celle des plaines humides marquées par l’absence de sel plutôt qu’aux marais temporaires camarguais. Cela est dû à la présence d’un substrat para-tourbeux alimenté par une nappe phréatique et des canaux. Au total, plus de 170 espèces ont été recensées sur le site.

Depuis 2010, la gestion du site est assurée par l’Association des Amis des Marais du Vigueirat.

Le plan de gestion fixe 2 principaux objectifs à atteindre sur le long terme qui consistent à :

-          maintenir et améliorer la qualité écologique et biologique des marais de Meyranne, ainsi que leur valeur patrimoniale (en maintenant et restaurant de vastes ensembles de roselières favorables à l’avifaune paludicole ; en maintenant la richesse biologique liée aux canaux et aux roubines ; en favorisant la richesse écologique et le rôle de corridor des ripisylves ; en restaurant les conditions favorables aux mosaïques de prés salés et mares temporaires ; en acquérant les connaissances nécessaires à la gestion du site) ;

-          faire des marais de Meyranne un site de référence en termes de gestion patrimoniale (notamment en intégrant la gestion hydraulique du site à l’échelle du bassin versant et dans les principes de développement durable).

Dans leur forme actuelle, les marais de Meyranne résultent d’une succession d’aménagements, notamment hydrauliques, réalisés au fil des siècles.

Jusqu’au XIXe siècle, le site était en fait un plan d’eau permanent, exploité par de nombreuses pêcheries.

Ce n’est qu’au cours des 2 derniers siècles que de grands aménagements voient le jour (mise en place de réseaux d’irrigation, de stations de pompages, routes…) et modifient considérablement le fonctionnement hydraulique et hydrologique du site. L’étang de Meyranne est ainsi transformé en marais.

Au XXe siècle, d’abord acheté et exploité pour sa tourbe par une « Société Anonyme d’Explosifs et de Produits Chimiques », le site est ensuite acquis, en 1984, par 10 propriétaires qui souhaitent en faire un lieu de chasse de loisir. Ils l’aménagent et l’endiguent alors dans ce seul but.

En 2006, huit propriétaires se rétractent pour diverses raisons. Une partie de la propriété est alors vendue au Conservatoire du littoral et l’autre partie est conservée par les 2 propriétaires restants.

Aujourd’hui, la chasse n’est autorisée que pour 3 à 6 chasseurs conventionnés. Un pâturage extensif équin ainsi qu’une exploitation de roseaux font aussi l’objet d’un conventionnement.

Site fermé au public.

Pour plus de renseignements :

Association les Amis des Marais du Vigueirat

Adresse : Les  Marais du Vigueirat – 13104 MAS THIBERT

Tel : 04 90 98 77 41

Mail : gregoire.massez@espaces-naturels.fr

Carte d'identité du site

Commune(s) : ARLES (13)

Surface protégée : 160.14 hectares

Protégé depuis : 2006

Nombre d'actes d'acquisition signés : 1

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don