ILOT DE TOMBELAINE

Situé à la confluence des estuaires de la Sée, de la Sélune et du Couesnon, Tombelaine est un îlot granitique de près de 40 m d'altitude, d’une superficie de 3,8 ha et distant d’environ 3 km du Mont-Saint-Michel. L’îlot de Tombelaine est localisé sur le territoire communal de Genêts.

Autour de Tombelaine, de nombreuses activités sont possibles. Du haut de Tombelaine, vous verrez se croiser des randonneurs à pied, à cheval, des pêcheurs remplissant leur dranet  (ou bichette) de crevettes grises, des chasseurs se déplaçant sur l’herbu avec leurs chiens pour faire lever le gibier d’eau. Un peu plus loin, vous pourrez observer des moutons pâturant sur les près salés. L’îlot de Tombelaine permet de contempler la baie dans toute sa splendeur …

La faune

Tombelaine représente un havre de paix pour les oiseaux marins qui s’y reproduisent tous les ans. L’Aigrette garzette y nidifie depuis 1997, année à laquelle ont été observés les premiers couples dans les arbustes. Sur le rocher, peuvent également nicher des goélands marins, bruns et argentés. Le site accueille également le Tadorne de Belon, l’Huitrier-pie et le Héron garde-bœufs, dernière espèce à avoir colonisé le site.

Le site est également utilise comme site de nidification pour le Canard colvert et plusieurs espèces de passereaux (Troglodyte, Accenteur mouchet, Merle noir, Grive musicienne, Linotte mélodieuse, Corneille noire, Pigeon ramier, Fauvette a tête noire).

En dehors de la période de reproduction, l’îlot est un lieu d'hivernage et de passage pour de nombreuses espèces.

Quelques mammifères sont également recensés sur l’îlot : le Lapin de garenne, le Ragondin (depuis 1994) et le Rat surmulot est toujours présent malgré les campagnes de dératisation, organisées par le Groupe Ornithologique Normand (GON). Il est le plus grand prédateur des oiseaux et de leurs nichées. Sa population a tendance à croître sur l’îlot.

Attention ! Des Chenilles urticantes colonisent l’île, le Bombyx à cul-brun. Au stade chenille (de mars à juin), ces poils sont urticants et provoquent des  irritations et des allergies chez l’homme ou l’animal.

Le Phoque veau-marin peut être observé en périphérie de l’îlot. Il se repose à marée basse sur les bancs de sable et chasse dans les rochers à marée haute. La baie du Mont-Saint-Michel constitue la limite sud de son aire de répartition. Espèce protégée, le phoque aspire au calme et il est recommandé de ne pas s’approcher à moins de 300 m pour éviter de le déranger et de provoquer sa fuite.

La flore

L’îlot abrite des habitats naturels remarquables, même si les pelouses rases sont concurrencées par la prolifération d’une végétation arbustive.

Il y a aussi la présence de plante rare et protégée au niveau régionale, tels que la Rue odorante. Mais, une fois encore, ne tentez pas de la cueillir, car sa sève peut provoquer des dermatites de contact chez les personnes à la peau sensible, et même de véritables brûlures par temps chaud.

L’îlot de Tombelaine a été affecté au Conservatoire du littoral. Il est remis en gestion au Syndicat mixte  des Espaces littoraux de la Manche (SyMEL) qui assure leur surveillance et leur entretien courant. Un garde du littoral est présent sur le site. Il a en charge le gardiennage, l'entretien et le suivi scientifique, ainsi que les relations avec les usagers locaux. L’îlot de Tombelaine est doté d’un plan de gestion. Il s’agit d’un document cadre, un guide, donnant les orientations d’aménagements et de gestion visant à protéger ce site naturel.

Le maintien du rôle d’accueil de l’îlot pour les oiseaux tout en expérimentant la restauration des pelouses représente l’un des enjeux prioritaires.

Aussi, un guide des bonnes pratiques à destination des usagers a été élaboré en collaboration des acteurs du site et notamment des représentants des guides de la baie. Il s’agit là d’un outil d’informations sur le patrimoine, les usages et les enjeux de l’îlot de Tombelaine. Ce document recense les préconisations à adopter sur le site : la période d’interdiction d’accès à l’îlot, les bons gestes à adopter en période d’accès à l’îlot et les règles de sécurité à respecter.

Après avoir été un lieu de pèlerinage, Tombelaine devient un point stratégique, durant la guerre de 100 ans et les guerres de religions. L’îlot fortifié fût investi successivement par les Anglais et les troupes françaises du Comte De Montgomery, dit « le régicide ». L’îlot acheté par Fouquet (surintendant des finances du roi), fût rasé sur les conseils de Colbert et par ordre de Louis XIV. Quelques vestiges archéologiques témoignent encore de ce riche passé. L’îlot fût ensuite acquis par l’Etat en 1933 et affecté en février 2010 au Conservatoire du littoral.

Pour le bon déroulement de la nidification, il est recommandé de ne pas accéder à l’îlot entre le 15 mars et le 31 juillet, afin de préserver la quiétude des oiseaux et de leurs nichées.

L’accès à l’îlot de Tombelaine depuis la côte est particulièrement dangereux pour toute personne ne fréquentant pas régulièrement l’estran de la Baie du Mont-Saint-Michel. Pour prévenir tout danger, il est donc fortement recommandé de faire appel à un guide professionnel et de prendre connaissance des conditions météorologiques, des horaires des marées et des lâchers d’eau du barrage du Couesnon. Pour consulter les horaires des lâchers d’eau, plusieurs possibilités : panneau sur le parking du Mont-Saint-Michel, écran d’information au barrage ou sur le site www.projetmontsaintmichel.fr.

L’Ecomusée de la Baie du Mont-Saint-Michel, vous propose des animations en Baie du Mont Saint Michel.

E.mail : musee.vains@manche.fr

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : GENETS (50)

Surface protégée : 3.89 hectares

Protégé depuis : 2010

Nombre d'actes d'acquisition signés : 1

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

symel

Les partenaires

natura 2000

Les sites à proximité

Faire un don