ETANG DE L'OR

Le milieu naturel de ce marais Languedocien marqué par la présence de taureaux et de chevaux prend parfois des allures de " Petite Camargue "... 

Situé entre la plaine cultivée de Mauguio au nord et l'étang de l'Or au sud, les 160 hectares du marais de Candillargues offrent un paysage qui varie au gré des saisons.

Cette zone humide de transition subit des influences contradictoires : apports d'eau douce ou d'eau salée, alternance de périodes d'humidité et de sécheresse.

La valeur écologique du marais de Candillargues repose sur des caractéristiques communes aux zones humides littorales : une forte productivité du milieu et une grande diversité biologique.

Ce milieu naturel marqué par la présence de taureaux et de chevaux prend parfois des allures de " Petite Camargue " (1).

 

(1) Voir le site de l'Espiguette

La flore 

La répartition des espèces floristiques dans le marais est essentiellement conditionnée par deux paramètres : hauteur et salinité de l'eau.

La roselière d'eau saumâtre se développe dans les zones peu salées fréquemment submergées et les enganes dans les zones à submersion périodique où la salinité est maximale.

Les prés humides accueillent la Luzerne ciliée (Médicago ciliaris), espèce particulièrement remarquable puisque connue en France uniquement dans l'Hérault (2). Le marais de Candillargues ne présente qu'une seule station de cette espèce qui pousse dans les milieux ouverts. 

 La faune

 62 espèces d'oiseaux ont été recensées sur ce site dont 40 espèces nicheuses (Canards col-vert, Foulques macroules, ... ).

Les milieux ont évolué au cours du temps modifiant la composition de la biocénose. Ainsi, les Hérons pourprés ont quitté la roselière en déclin alors que les effectifs de Tadornes de belon ont augmenté.

Lieu de nidification, le marais sert également de halte migratoire, notamment au printemps pour les limicoles en migration prénuptiale vers les pays du nord de l'Europe. Le héron pourpré en declin...  alors que le nombre de Tadorne de Belon augmente.

(2) espèce inscrite au Livre Rouge des espèces menacées de France.

Le Conservatoire a racheté 75 hectares de cette zone humide en 1981, 90 hectares appartenant déjà à la commune de Candillargues.

Parmi les actions de gestion mises en oeuvre sur ce site, on peut noter la réalisation d'îlots de nidification pour l'avifaune. Echasses blanches, Avocettes élégantes et chevaliers occupent ces secteurs au printemps.

Par ailleurs, des opérations de piégeage des ragondins sont devenues nécessaires depuis 1997. Ce rongeur se nourrit de pousses de végétaux (notamment de roseaux) et creuse des terriers en bordure des plans d'eau. Les digues du marais sont mitées par les galeries de ces rongeurs, ce qui empêche la maîtrise de la circulation de l'eau. La régulation des populations de ragondins est donc devenue un préalable à toute action de gestion en particulier hydraulique. C'est en constatant l'ampleur des dégâts causés que l'on peut estimer la population de ce rongeur.

La première campagne de piégeage a nécessité l'association de tous les intervenants sur le site : Mairie de Candillargues, Syndicat Mixte de Gestion de l'Etang de l'Or, Entente Interdépartementale de Démoustication, Conservatoire du littoral.

Des opérations similaires sont entreprises sur d'autres sites de l'Hérault : étang du Méjean, étang du Bagnas...

Le marais de Candillargues a conservé un caractère naturel évident malgré les nombreuses transformations que cette zone humide a connues au fil du temps.

Depuis l'époque gallo-romaine, des travaux d'assainissement, de re-haussement des terres, et de construction de digues ont été réalisés pour drainer le marais et le rendre cultivable.

Le marais est traditionnellement utilisé pour la chasse, la pêche et le pâturage. Les manades font parties du patrimoine local et nécessitent de grands espaces de prés salés (ou enganes) pour le pâturage des taureaux camarguais.

Renseignements et visites guidées :

SMGEO (Syndicat Mixte de Gestion de l'Etang de l'Or)

Tél. : 04.67.71.10.58

Carte d'identité du site

Commune(s) : CANDILLARGUES (34) , LANSARGUES (34) , LE GRAU-DU-ROI (30) , MARSILLARGUES (34) , MAUGUIO (34)

Surface protégée : 788.33 hectares

Protégé depuis : 1992

Nombre d'actes d'acquisition signés : 58

Balade Ouvert au public

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don