POINTE DES EMIGRES

En bordure du Golfe du Morbihan, au sud de la partie urbanisée et jusqu’à la pointe de Conleau, un espace naturel d’une trentaine d’hectares offre aux visiteurs une véritable mosaïque de milieux naturels : boisements feuillus et de conifères, prairies naturelles, landes à bruyères, marais et zones humides, vasières, etc.

A l’image du bocage breton, les parcelles fermées de haies ou de sentiers côtoient cette grande diversité d’habitats naturels, qui sont une aubaine en continuité d’une zone urbanisée comme l’est la Ville de Vannes.

En bordure sud de cet espace riche et diversifié, au détour d’un chemin, il est possible de découvrir les eaux du Golfe du Morbihan, appréciées tout au long de l’année par de nombreux oiseaux, qu’ils soient migrants ou sédentaires.

Ce site aujourd’hui naturel, avait une vocation tout autre jusque dans les années 1980 : en effet, les prairies étaient pâturées et les landes régulièrement fauchées pour servir de fourrage et de litière. Cet usage agricole a alors permis d’éviter une urbanisation du site.

Le site est parcouru de plus de 4 500 m de sentiers aménagés, pour la plupart accessibles aux personnes à mobilité réduite et avec des informations pédagogiques sur les milieux naturels.

Ce site naturel comporte une grande diversité d’habitats naturels, donc d’espèces le composant :

Les prairies sont peuplées de lychnis, millepertuis perforé, centaurée ; plusieurs espèces d’orchidées sauvages sont présentes comme l’orchis bouffon, l’orchis à fleurs lâches, ou l’orchis mâle.

Un verger accueille de nombreux pollinisateurs naturels, et permet de sauvegarder certaines variétés de fruitiers devenues rares ou par ailleurs éteintes du fait de leur non exploitation. Ce verger comporte divers fruitiers : pommiers, poiriers, cerisiers, noisetiers, etc.

Le boisement de feuillus en arrière du marais propose un habitat favorable aux champignons qui se développent sous les bouleaux, chênes pédonculés et saules roux.

Dans le marais, sur le pourtour des bassins, les roseaux et les spartines de Townsend se développent dans la vase et supportent une immersion dans l’eau salée à chaque marée haute.

 

L’observation d’insectes est facilitée par la présence de milieux ouverts : papillons, sauterelles et criquets, abeilles et mantes religieuses. Des odonates, en vol, témoignent de la présence de mares, entretenues avec attention pour les populations d’amphibiens qui s’y reproduisent (grenouilles agiles, tritons palmés, triton marbrés, etc.). Les mammifères sont peu nombreux sur ce site notamment du fait de sa très grande fréquentation humaine, néanmoins on peut y croiser furtivement divers petits mammifères : lapin, renard, écureuil, fouine, putois.

L’avifaune y est également très présente : faucon crécerelle, pic épeiche, sitelle torchepot, fauvettes, etc.

La partie maritime accueille des grèbes, bernaches cravant, busards des roseaux, sternes pierregarin, et des sarcelles d’hiver présentes en grand nombre sur le marais.

Pour préserver ces milieux sensibles, les actions de gestion sont les plus raisonnées et mesurées possibles ; une gestion différentiée est mise en place depuis la fin des années 90 : un pâturage extensif avec moutons et ânes assure l’entretien des prairies humides. Sur les parties plus sèches, du foin est réalisé en fauche tardive permettant ainsi aux insectes d’accomplir leur cycle de vie. L’accent est porté sur la gestion du public sur ce site très fréquenté.

Le nom de Pointe des Emigrés est lié à un événement de la chouannerie Bretonne. En 1792, des nobles français, émigrés en Angleterre, tentent un débarquement à Quiberon pour soutenir les résistants royalistes. Ils sont faits prisonniers et menés à Vannes où certains d’entre eux seront exécutés sur une route proche du site.

Des panneaux d’informations installés le long du parcours permettent de sensibiliser le public aux différents milieux naturels du site, leur fragilité et leur richesse.

En raison de la forte fréquentation quelques bancs ont été disposés le long de la rivière du Vincin.

 

Pour l’accueil des groupes, vous pouvez contacter Mme Christelle Guérin à la « ferme pédagogique du Vincin » (06 80 63 98 66).

De même vous pouvez consulter le site internet de la mairie de Vannes www.mairie-vannes.fr ; e-mail : contact@mairie-vannes.fr.

Téléphone : 02 97 01 60 00.

Vous pouvez également contacter la structure d’accueil pédagogique « Maison de la Nature » 02 97 62 59 15 ou maison.nature@mairie-vannes.fr.

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : VANNES (56)

Surface protégée : 31.13 hectares

Protégé depuis : 1986

Nombre d'actes d'acquisition signés : 7

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don