RIVES DE L'ETANG DE BIGUGLIA

Biguglia, plus vaste étang lagunaire de Corse est classé en réserve naturelle. C’est une zone humide dont l’importance est reconnue à l’échelle nationale, européenne et mondiale. Si l’étang lui-même est propriété de la Collectivité de Corse, le Conservatoire intervient autour de l’étang, sur ses rives est et ouest ainsi que sur le lido qui sépare la lagune de la mer. Le site du Conservatoire n’est donc pas homogène, ici, il comprend des unités disjointes.

Soumis à une forte pression anthropique due à la proximité de l’agglomération bastiaise et à l’implantation de nombreux complexes touristiques et de lotissements, notamment sur le lido de la Marana, les terrains du Conservatoire constituent des espaces de nature qui dénotent avec l’environnement urbain, roselières, maquis et dunes sableuses du lido.

Habitats et flore

Les herbiers aquatiques sont très étendus sur le site : zostères au nord, ruppias au centre et potamots au sud. La répartition des différentes espèces de ces phanérogames est liée au degré de salinité de l’eau. Ils sont une véritable nurserie pour de nombreuses espèces, petits poissons, coquillages, plancton, mollusques.

Le lido de la Marana est caractérisé par des formations dunaires, anciennes crêtes de plage dunifiées, bordées de pinèdes de pins maritimes et d’un maquis où domine l’hélianthème à feuilles d’halimium, le genêt d’Espagne et le ciste à feuilles de sauge. On y trouve également le daphné garou : sa racine toxique était autrefois utilisée pour braconner les truites. Diotis maritime, anthémis maritime, chiendent des sables et oyat  se côtoient sur les dunes. En avant-dune on rencontre l’euphorbe peplis tandis que les dépressions en arrière-dune abritent des Cannes de Ravenne

Dans les roselières se rencontre une espèce menacée d’hibiscus, à la floraison spectaculaire : la Kosteletzkya à cinq fruits.

Faune

Les herbiers abritent l’aphanius de Corse, petit poisson des lagunes méditerranéennes. Il est peu fréquent et protégé. En France il n’est présent que dans quelques lagunes de Corse. L’eau libre, dans l’étang, est un milieu apprécié par les poissons marins qui viennent y poursuivre leur croissance : anguilles, mulets et loups y sont nombreux.

Le plan d’eau de Biguglia accueille en hiver des milliers de canards plongeurs, notamment des canards comme les fuligules morillons et milouins et les foulques macroules et plus de 60 espèces d’oiseaux nicheurs. Des Reptiles comme la tortue cistude sont présents en fortes densités dans des milieux artificiels bordant l’étang (canaux, étangs nés d’anciennes gravières) ; la tortue d’Hermann est assez fréquente sur le lido.   Les eaux saumâtres de l’étang ne conviennent pas aux Amphibiens ; les grenouilles de Berger peuplent les eaux (polluées) des canaux, rainettes sardes et discoglosses se réfugient en petit nombre dans quelques flaques et ornières marginales.

La gestion des sites du Conservatoire est confiée ici à l’équipe des gardes en charge de la Réserve Naturelle de Biguglia.

L’étang de Biguglia est classé en zone Natura 2000 

La zone humide de Biguglia est protégée par une convention RAMSAR

La restauration du cordon dunaire est l’un des enjeux majeurs du site : il s’agit de tenter de maîtriser la fréquentation anarchique de certaines zones et notamment le passage de véhicules tout-terrain. . Des pistes ont été supprimées, l’accès à la plage et au cordon dunaire est interdit aux véhicules à moteur. À ce titre, la pose de ganivelles et de plots anti 4x4 s’est révélée décisive, en particulier dans les zones de Pinetu et Banda Bianca. La gestion de la rive ouest de l’étang, avec la restauration des berges, et la prévention des incendies sur l’arrière-plage sont également des enjeux importants.

L’étang de Biguglia est né de la fermeture d’une lagune très peu profonde : les sables amenés par le fleuve uet contrés par les courants marins ont peu à peu constitué un vaste lido s’étirant sur une vingtaine de kilomètres. L’étang est exploité depuis l’Antiquité : par les Romains, puis par les Pisans et les Génois. On y pêchait mulets, anguilles, loups, dorades, palourdes, coques et crustacés.

Au nord de l’étang, le fortin de Biguglia faisait partie d’un dispositif imaginé pour la défense de Bastia : il a été détruit en 1558 lors de la bataille D’Ischia Nova, remporté par les Français. Son emplacement accueille aujourd’hui un écomusée et les bureaux de la réserve naturelle.

En 1988, l’étang devient propriété du Département de Haute-Corse, qui en fait une réserve naturelle. Les activités de pêche y sont toujours pratiquées de manière règlementée.

Seule la partie « lido » du site est accessible au public, depuis Bastia, par la T 11 en direction de Bonifacio, en suivant les panneaux « Lido de la Marana ».

Sur le lido, la balade de Pinetu, entre mer et étang, permet d’apprécier les différents milieux qui composent les rives de Biguglia, dunes, maquis et plage.

La presqu’île de San Damianu propose un sentier de promenade et d’observation en accès libre ; la visite du reste de la presqu’île doit être guidée par les agents de la Réserve naturelle.

Réglementation sur les terrains du Conservatoire du littoral : le camping, le bivouac, les feux, les dépôts de déchets et la circulation des véhicules à moteur sont interdits ; accès à la presqu’île de San Damianu encadré par la Réserve naturelle.

Carte d'identité du site

Commune(s) : BIGUGLIA (2B) , BORGO (2B) , FURIANI (2B) , LUCCIANA (2B)

Surface protégée : 610.47 hectares

Protégé depuis : 2000

Nombre d'actes d'acquisition signés : 30

Balade Ouvert au public

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

cg2b

Les partenaires

oec

Les sites à proximité

Faire un don