ILE DU GRAND ROUVEAU - LES EMBIEZ

A l’Ouest du Cap Sicié, l’île du Grand Rouveau, qui fait partie de l’Archipel des Embiez, marque l’entrée de la rade du Brusc, à Six-Fours-les-plages.

Inhabitée jusqu’à la construction du phare en 1864, l’île a depuis subit des transformations paysagères et écologiques que la ville de Six-Fours-les-plages (gestionnaire du site) et le Conservatoire du littoral tentent de corriger (Initiatives pour les Petites Iles de Méditerranée, demande d’intégration au réseau des Aires Spécialement Protégées d’Intérêt Méditerranéen).

Car l’île et son aire maritime adjacente constituent l’un des derniers refuges d’habitats naturels et sauvages pour de multiples espèces, chassées du littoral par une urbanisation galopante.

C’est ce qui a motivé l’attribution au Conservatoire du littoral de la gestion de 273 ha maritimes, au droit de l’île du Grand Rouveau (propriété du Conservatoire du littoral depuis 2000), pour 30 ans, en 2011.

La faune

Malgré sa superficie réduite (5 ha), l’île constitue un refuge notamment pour de nombreux oiseaux migrateurs qui y font escale ainsi que pour le Phyllodactyle d’Europe (petit gecko nocturne) et le Lézard des murailles.

Elle est aussi envahie par les Goélands leucophées et les rats noirs, 2 espèces, dont la concurrence territoriale pose un problème vis à vis d’espèces patrimoniales remarquables.

La biodiversité marine est également riche : Gorgones rouges et jaunes (Paramuricea clavata, Eunicella cavolinii), Faux corail (Myriapora truncata), Anémones encroûtantes jaunes (Parazoanthus axinellae) et Grandes nacres (Pinna nobilis) s’ajoutent aux divers poissons.

La flore

Introduite au siècle dernier pour agrémenter les jardins des gardiens de phare, la Griffe de Sorcière (Carpobrotus edulis), espèce invasive, a provoqué une disparition progressive du sous-bois quasi impénétrable à Lentisques, Filaires et Alaternes de l’île. Mais la diversité floristique du site reste remarquable puisqu’on y a recensé plus de 130 espèces.

Enfin, de beaux herbiers de Posidonies tapissent les fonds marins environnants.

Gestionnaire du Grand Rouveau depuis 2001, la ville de Six-Fours-les-plages gère aussi aujourd’hui les 273 ha maritimes attribués en gestion au Conservatoire du littoral par le Préfet du Var, pour 30 ans, en 2011.

Sur ce site, le double objectif de gestion à atteindre consiste à maintenir un écosystème insulaire sauvage tout en laissant ce paysage ouvert au public et aux plaisanciers.

Sur l’île, cela signifie qu’il faut favoriser la remontée biologique des espèces locales et préserver l’espace vital du Phyllodactyle d’Europe en éradiquant, d’une part, la Griffe de Sorcière (état zéro et 1er arrachage en 2012, suivi du 1er arrachage et 2nd arrachage en 2013) et d’autre part, la population de rats noirs.

En mer, cela consiste à préserver les habitats naturels (herbiers de Posidonies) et la faune marine (Gorgones rouges et jaunes, Bryozoaires etc.) des mouillages forains irraisonnés ; comme cela consiste à sensibiliser l’ensemble des usagers des effets d’une surpêche (diminution des populations d’oursins, réduction de la taille et du nombre de poissons etc.) ou d’une sur-fréquentation.

L’île du Grand Rouveau est restée à l’état sauvage jusqu’en 1856, date du début de la construction du phare. En effet, les abords de l’île, parsemés d’écueils, présentaient un danger important pour la navigation des voiliers de commerce des ports de Sanary et de Bandol.

Achevé en 1864, cet aménagement comprend le phare de 12 m de hauteur et ses annexes destinées aux gardiens : débarcadère, chemin carrossable et bâtisse construite en pierres locales, comprenant une remise taillée dans la roche.

Raccordé au réseau télégraphique en 1899, puis relié au bureau des postes et télécommunications en 1926, le phare sera finalement automatisé en 1974.

Pendant 17 ans, l’île restera de nouveau inhabitée. Puis, avec le développement de la navigation de plaisance, la fréquentation de l’île augmente et avec elle son lot de nuisances : feux de camps, abandon de détritus, dégradations des bâtiments etc.

C’est ce qui va d’abord motiver des habitués à s’organiser en Association de Protection de l’île du Rouveau (APIR) en 1990, puis le Ministère de l’Equipement et du Transport à affecter l’île au Conservatoire du littoral 10 ans plus tard.

Pour plus de renseignements :

Mairie de Six-Fours-les-plages

Adresse : Hôtel de ville – BP 97 – 83183 SIX-FOURS-LES-PLAGES

Tel : 04 94 34 93 00

Note naturaliste sur la végétation du Grand Rouveau et des îlots alentours : http://www.initiative-pim.org/sites/default/files/fichier/documents/PAVON.D,%20Flore%20et%20v%C3%A9g%C3%A9tation%20de%20l%E2%80%99%C3%AEle%20du%20Grand%20Rouveau%20et%20des%20%C3%AElots%20satellites,2012.pdf

Carte d'identité du site

Commune(s) : SIX-FOURS-LES-PLAGES (83)

Surface protégée : 278.03 hectares

Protégé depuis : 1999

Nombre d'actes d'acquisition signés : 2

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don