CAPU DI ZIVIA

Entre le golfe de Tizzanu au nord, très urbanisé, et le golfe de Murtoli au sud avec sa grande plage de sable et ses tamaris, Capu di Zivia avance dans la mer son relief de collines couvert d’un maquis dense d’où émergent des blocs de granite aux formes parfois étonnantes. L’histoire géomorphologique du site diffère du littoral voisin de Campumoru-Senetosa : on n’y trouve pas cette alternance de grandes plateformes littorales  et de reliefs plus accentués, succession de granites tendres et résistants.  Le relief, plus homogène, s’abîme néanmoins en amas rocheux assez spectaculaires, au contact de la mer : ces grandes falaises abritent une flore et une faune particulières.

Les quelques villages ou maisons éparses sont en retrait de la pointe, qui reste un espace de nature peu fréquenté et préservé, bien que proche de plusieurs plages.

Habitats et Flore

Dans cet endroit riche de biodiversité et peu perturbé par l’homme, le maquis est dense et quasiment impénétrable. Il est typique du sud de la Corse et devient plus haut à mesure que l’on s’éloigne du littoral. Le genévrier de Phénicie y est très présent, aux côtés du cortège habituel de bruyère arborescente, lentisque, myrte…

 

Faune

Dans cet endroit riche de biodiversité et peu perturbé par l’homme, de nombreuses espèces animales peuvent s’épanouir. Les oiseaux marins qui nichent sur les îles Bruzzi, notamment les cormorans huppés, viennent se nourrir à Capu di Zivia.  Il n’est pas rare de croiser des tortues d’Hermann dans le maquis. Plus étonnant, la rencontre du lézard de Bedriaga, espèce ancienne devenue montagnarde en Corse mais qui s’aventure jusqu’à la côte en ces lieux.

La gestion du site est partagée entre la Collectivité de Corse et le Syndicat Intercommunal ELISA.

 

ZNIEFF de Capu di Zivia 

Capu di Zivia est l’autre nom de la pointe de Latoniccia : c’est sur cette pointe sauvage que fut, un temps, envisagée la construction du phare destiné à signaler les récifs des Moines. Ce phare a finalement été construit sur la pointe de Senetosa, plus au nord, et qui s’avance davantage vers le large.

Une société immobilière suisse envisageait la mise en place d’un programme immobilier sur Capu di Zivia. Le rachat encore partiel du site par le Conservatoire du littoral contribue à assurer la protection définitive de ce site très sauvage et difficile d’accès.

Encore incomplètement acquis par le Conservatoire, le site n’est pas aménagé de sentiers pour parcourir. Au départ de Tizzanu, une sente irrégulière permet d’accéder à Capu di Zivia depuis le nord. En venant du sud, à partir de la plage de Tradicettu. Un ancien tronçon de piste en terre suit la côte jusqu’à Cala di Brija puis une sente  plus incertaine permets de se frayer un passage jusqu’à la, ponte du Capu di Zivia.

 

Réglementation sur les terrains du Conservatoire du littoral : le camping, le bivouac, les feux, les dépôts de déchets et la circulation des véhicules à moteur sont interdits. 

Carte d'identité du site

Commune(s) : SARTENE (2A)

Surface protégée : 34.5 hectares

Protégé depuis : 2004

Nombre d'actes d'acquisition signés : 1

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don