MARAIS DE TETE NOIRE

Bordant l’étang de Vaïne (extrémité orientale de l’Etang de Berre), les marais de Tête Noire constituent une enclave naturelle dans un paysage fortement industrialisé et urbanisé. Vestige d’une roselière jadis beaucoup plus vaste, cette petite zone humide (17 ha), caractéristique de l’affrontement des eaux douces et du sel, offre un important espace de tranquillité pour la faune, notamment pour de nombreux oiseaux (sédentaires ou migrateurs) qui y trouvent nourriture et quiétude.

Elle est d’autant plus remarquable par la juxtaposition d’un grand nombre de milieux distincts sur sa faible superficie avec roselière, jonchaie, sansouïre, mare et ripisylve.

La faune

Caractéristique des zones humides, la faune des marais de Tête Noire est principalement représentée par ses 25 espèces d’oiseaux. Parmi elles, 6 sont protégées, c’est notamment le cas de la Sterne pierregarin, de la Sterne naine, de l’Aigrette garzette ou encore du Héron pourpré.

La mosaïque de milieux est également garante d’une belle diversité d’insectes (coléoptères, arachnides, lépidoptères, odonates etc.) dont la Diane, un magnifique papillon.

La flore

Malgré la dégradation de ses abords immédiats, ce milieu a conservé des potentialités floristiques non négligeables.

Majoritairement composée de Roseaux communs, la roselière s’accompagne également d’espèces plus remarquables comme la Massette à larges feuilles, l’Iris des marais ou encore la Scirpe maritime.

Sur les sols plus salés et secs, on retrouve la sansouïre, essentiellement constituée de Salicornes et de Saladelles.

La prairie à Brachypodes et à Joncs piquants, plus communément appelée la jonchaie, s’étend dans les zones relativement marquées par la pénétration du sel, aux abords de la sansouïre.

Enfin, autour du ruisseau du Vallat Neuf on trouve une belle ripisylve typiquement méditerranéenne composée principalement de Peupliers, Saules et Frênes.

Le site est géré par la Commune de Rognac suite à la signature d’une convention de gestion en 2015.

Un Plan de gestion a été élaboré en 2018 

Trois grandes orientations générales de gestion se dégagent naturellement pour tenir compte des enjeux et des priorités d'action :

1. Améliorer la gestion hydraulique du marais (= restaurer le « bon état » de fonctionnement hydraulique du marais)

- Pollution de l'eau : raccordement des eaux usées au réseau d'assainissement de Rognac

- Approvisionnement en eau : sécurisation des écoulements provenants de la station des Barjaquets

- Ouvrages hydrauliques : création de martellières permettant de pouvoir gérer l'ensemble des marais de La Tête Noire

2. Reconquérir les parcelles sous maîtrise foncière (= restaurer le « bon état » de fonctionnement écologique du marais)

- Fermeture du marais stopper la fermeture globale des milieux par des travaux d'entretien et de réouverture

- Habitats et espèces à enjeux : mettre en place une gestion préservant les éléments de biodiversité à forts enjeux

- Gestion durable : favoriser des modes de gestion concertés et pérennes (pâturage, fauche, faucardage. etc)

3. Animer et encadrer les activités sur le marais 1 (= conforter et encadrer les « usages adaptés » aux sensibilités et aux enjeux relatifs au site)

- Conventionnement : signer des conventions (d'objectif, d'utilisation...) avec les différents acteurs locaux

- Accueil du public : mettre en place les équipements nécessaires à la gestion du public sur le site

- Veille foncière : mettre en place un dispositif de préemption sur le parcellaire de l'aire d'étude élargie

Les marais de Tête Noire appartenaient jusqu’en 2008 à la Compagnie des Salins du Midi. Cette dernière les revendit au Conservatoire du littoral, en même temps qu’elle s’est détachée d’un grand nombre d’autres parcelles qu’elle possédait autour de l’étang de Berre et en Camargue.

Cet achat contribue parfaitement à la stratégie foncière à long terme élaborée par le Conservatoire du littoral puisque la sauvegarde et la gestion des zones humides situées sur le pourtour de l’étang de Berre représentent un objectif de conservation important. Ainsi, le Conservatoire du littoral a pu constituer depuis plusieurs années un réseau de sites naturels protégés sur ce secteur particulièrement vulnérable.

Aujourd’hui, seule l’activité traditionnelle cynégétique est encore représentée sur ce site par la société de chasse communale de Rognac.

Un réseau de sentiers ouvert au public a été aménagé grâce à l’action de recherche de mécénat de l’association Nosta Mar et l’appui technique et financier de la commune.

Il est désormais possible de parcourir sur une passerelle sur pilotis la bordure nord du Marais pour ensuite cheminer sur un sentier de découverte.

 

 

 

 

Carte d'identité du site

Commune(s) : SAINTES-MARIES-DE-LA-MER (13)

Surface protégée : 2063.45 hectares

Protégé depuis : 2008

Nombre d'actes d'acquisition signés : 1

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don