MARAIS AUDOMAROIS

Le marais Audomarois s’étend sur près de 3500 hectares aux portes de Saint-Omer. Dernier marais maraîcher de France, il est alimenté par des eaux sous-terraines résurgentes qui baignent un réseau de 700 kilomètres de canaux et fossés. Le marais aménagé par l’homme a toujours connu la cohabitation de différentes activités humaines : l’élevage, le maraîchage, l’extraction de la tourbe, la chasse et la pêche lui ont donné une structure foncière extrêmement morcelée.
En raison de son intérêt international et des menaces qui pèsent sur cette zone humide majeure (abandon et enfrichement ou, à l’inverse, forte anthropisation et construction illégale), le marais audomarois a été reconnu zone RAMSAR grâce à une forte volonté locale, partagée par tous les acteurs publics et relayée par le ministère chargé de l’Environnement. L’obtention du label Man and Biosphere délivré par l’UNESCO participe de cette même dynamique.

Le site présente une richesse exceptionnelle, un tiers de la flore aquatique française y est présente dont le chardon d’eau bien représenté. Par ailleurs, au niveau faunistique, les nombreux plans d’eau (issus de l’exploitation de la tourbe ou d’activités de chasse du gibier d’eau) et les roselières associées permettent l’accueil sur le site de nombreux hérons, en particulier le blongios nain (10 % des effectifs nicheurs français), et de fauvettes paludicoles. La densité du réseau hydraulique conduit au maintien de remarquables populations de brochets, anguilles et lamproies, espèces piscicoles en fort déclin aux niveaux français et européen.

Apte à intervenir en zone humide des départements côtiers depuis 2005, les Conservatoire du littoral a choisi de protéger le marais audomarois en réponse à une attente locale forte. Sur ce site, la maîtrise foncière permet une gestion appropriée des espaces remarquables par le syndicat mixte EDEN 62. Les objectifs essentiels sont de maintenir les milieux ouverts et de garantir la sauvegarde de la zone humide et de la ressource en eau par la gestion des niveaux d’eau, le déboisement, la fauche exportatrice et le pâturage extensif. Le maintien d’une agriculture traditionnelle et l’ouverture raisonnée au public sont favorisées. L’intervention du Conservatoire permet enfin de lutter contre l’implantation illégale d’habitats légers de loisirs.

A l’origine vaste marécage, le paysage actuel du marais est une pure construction humaine débutée il y a 13 siècles par l’exploitation de la tourbe. Le maraîchage, qui commencera au 18ème siècle, est une tradition et la réputation du chou-fleur de Saint-Omer a dépassé les frontières de la région. Les deux bateaux typiques, l’escute et le bacôve, transportent les habitants, les usagers, les touristes mais aussi le dernier facteur en bateau de France.

Carte d'identité du site

Commune(s) : CLAIRMARAIS (62) , SAINT-OMER (62) , SALPERWICK (62) , SERQUES (62)

Surface protégée : 180.21 hectares

Protégé depuis : 2009

Nombre d'actes d'acquisition signés : 36

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

eden 62

Les partenaires

cg 62 region NPC UE Feder Agence eau artois picardie

Les sites à proximité

Faire un don