TRIU

À l’entrée sud du golfe de Sagone, La pointe de Triu est l’un des nombreux caps rocheux qui découpent les rivages occidentaux de la Corse et s’avance dans la mer. Ce cap de taille modeste avec ses 58 mètres d’altitude permet de découvrir des ambiances, des paysages et des milieux naturels surprenants. À l’extrémité de la punta di Triu, formée de granite porphyroïde, des fantaisies géologiques creusées par l’érosion, petites cuvettes en balcon, abritent une végétation rase et fleurie tandis que de longs filons de cristaux de feldspaths et de quartz forment des reliefs en crêtes de dinosaures, derrière lesquels se composent des parterres de plantes résistantes au sel.

En bord de route, une zone de pâturage clôturée accueille un petit troupeau de vaches une partie de l’année.

Triu est, en venant du sud, la première des petites pointes annonçant celles de Cargèse. La beauté des jardins que le vent et les embruns y dessinent, cerclés par les petites cuvettes minérales, étonnants jardins japonisants, a justifié que le Conservatoire protège très tôt ce site, dès 1982.

Habitats et Flore

La végétation de la pointe est faite d’un ourlet de maquis prêt à coloniser les moindres parcelles non pâturées. Filaire, myrte, calycotome, lentisque, ciste forment un couvert végétal dense et impénétrable pour le promeneur.

Quelques beaux oliviers sauvages (oléastres ou ogliastri) offrent un refuge salutaire pour les vaches lorsque le soleil cogne trop fort, en attendant de monter chercher la fraîcheur d’altitude en été. Outre l’ombre, elles viennent aussi y goûter les jeunes pousses des branches basses, contribuant ainsi à sculpter le port des arbres. Un peu plus haut, sur la crête, c’est le vent d’ouest qui fait pencher les arbres, les faisant pousser de biais. Sur le versant nord de la pointe, c’est tout le maquis qui se plaque au relief, brossé par le libecciu.

Vers la pointe, secteur le plus exposé aux vents et aux embruns, la végétation change du tout au tout. Plus parsemée sur une roche dépourvue de sol, bien plus basse aussi, elle offre des tons de gris et de bruns qui contrastent avec les verts du maquis et les bleus de la mer : immortelle, limonium, criste marine, ponctués au début du ptrintemps par l’apparition de la petite romulée violette et le crocus de Corse.

 

Faune

La multitude des fleurs et plantes à nectar s’accompagne d’une foule de papillons aux noms colorés, porte-queue de Corse et collier-de-corail, azurés et argus. Au sol, le si agile lézard tiliguerta et la tarente de Maurétanie, petit gecko aux mœurs quasi nocturnes occupent les milieux rocheux. Tous, papillons et reptiles, sont les proies du faucon crécerelle qui reste à l’affût plusieurs minutes, suspendu dans les airs, battant vigoureusement des ailes. En bord de mer, une profonde faille rocheuses héberge des pigeons bizet.

Le site est géré par les Gardes du littoral de la Collectivité de Corse. Ils ont en charge notamment l’entretien du sentier qui fait le tour de la pointe depuis une petite aire de stationnement aménagée en bordure de route ; le sentier offre de très beaux panoramas vers Cargèse au nord, accrochée à flanc de colline, et sur le golfe de Sagone au sud.

Un éleveur utilise toute la partie centrale du site pour faire pâturer ses vaches, séparées du sentier par une clôture interdisant ainsi toute rencontre sur le chemin entre humains et bovins !

En apparence, la Punta di Triu est un espace de nature battu par les vents. Pourtant, des beaux oliviers greffés ainsi que des traces de ruines de maisonnette en pierre indiquent que ces terrains ont été exploités par les agriculteurs probablement depuis le XIXe siècle.

Un stationnement à l’entrée de la pointe, permet de rejoindre un sentier qui fait le tour de la pointe en 1 heure environ, évitant les plus hauts reliefs. Ce sentier facile permet de découvrir les extraordinaires formations rocheuses et végétales de la pointe.

 

Réglementation sur les terrains du Conservatoire du littoral : le camping, le bivouac, les feux, les dépôts de déchets et la circulation des véhicules à moteur sont interdits.

Carte d'identité du site

Commune(s) : VICO (2A)

Surface protégée : 20.46 hectares

Protégé depuis : 1982

Nombre d'actes d'acquisition signés : 2

Balade Ouvert au public

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don