ABBADIA - CORNICHE BASQUE

A la rencontre de l'Océan et des Pyrénées, le site se caractérise par d'abruptes falaises, des criques et deux célèbres rochers « les Jumeaux » témoins du recul de la côte.
De vastes prairies, la lande atlantique, des bosquets sculptés par les vents offrent l'image d'un espace de nature contrastant avec les villes d'Hendaye, Irun et Fontarabie que l'on aperçoit à proximité.
Le Domaine d’Abbadia est marqué depuis le milieu du XIXe siècle par la figure d’Antoine d'Abbadie (1810-1897) qui lui a légué son nom. Il acquit une propriété de 415 hectares entre Hendaye et Saint Jean-de-Luz et y fit construire un château-observatoire. Aujourd'hui, sa silhouette médiévale, propriété de l'Académie des Sciences, constitue un élément indissociable du paysage

 

________________________________________________________________________________________

+  « Conciliation de l’usage publique et de la conservation d’espaces naturels protégés »

                                  

 

 

Ce projet est cofinancé par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER)


Dans le cadre du POCTEFA 2014 – 2020, le projet transfrontalier TXINBADIA+ , réunit côté français, le Conservatoire du littoral, le Département des Pyrénées-Atlantiques, la commune d’Hendaye, le CPIE littoral basque et côté espagnol, le Gouvernement basque.Ce projet européen met en réseau les sites naturels préservés de la Corniche basque et des Marais de Plaiaundi et vise à optimiser la gestion environnementale et l’ouverture au public. Les actions du projet ont débuté en janvier 2016 pour un budget global de 3,7 M€ et une subvention européenne de 2,4 M€.

Pour le Conservatoire, trois actions concernant le Domaine d’Abbadia – Corniche basque ont été engagées :

 - Etude de définition d’usages de la maison Katalinkoenea

 - Etude de faisabilité et AMO pour l’accès à l’estran

-  Anniversaire de la Résidence d’artistes Nekatoenea

RICHESSES NATURELLES


La géologie
Extraordinaire livre ouvert, les falaises de la Corniche nous racontent en quelques centaines de mètres des millions d'années d'histoire de la terre. Les strates sur de très grandes épaisseurs témoignent de l'origine sédimentaire des roches alternativement dures et tendres qui constituent ces falaises spectaculaires. Plus ou moins régulièrement intercalées entre ces strates, des conglomérats détritiques attestent de terribles avalanches sous-marines. L'inclinaison de tout cet ensemble, strates et parties intercalées, passant en certains endroits de l'horizontalité originelle à une quasi verticalité, mais aussi la présence de ces falaises à l'air libre, nous indique les déformations et déplacements occasionnés lors de la poussée pyrénéenne.
Sur le site, les géologues remontent le temps sur des dizaines de millions d'années en passant par cet épisode terrible qui, il a 65 millions d'années, a vu disparaître près de 80 % des formes de vie sur terre. La vie des falaises se poursuit : elles font l’objet d’éboulements réguliers ce qui rend leur abord extrêmement dangereux.


La flore  
Le Domaine d’Abbadia se caractérise par la variété des milieux présents : falaises maritimes végétalisées ou vives, landes, formations arbustives, haies, pelouses et prairies pâturées, chênaies-frênaies, boisements à aulnes, ruisseaux intermittents. Ce site se distingue par la présence d'espèces méditerranéennes comme le nerprun, l'aulne de Corse ou encore la fameuse salsepareille dont les draperies jouent ici un rôle essentiel de brise-vent permettant aux feuillus de pousser très près du littoral.
De nombreuses espèces exotiques croissent à Abbadia. Par leur caractère envahissant, nombre d’entre elles sont indésirables, comme l’herbe de la Pampa ou le baccharis, alors même que certaines ont été implantées volontairement dans les jardins du château. C’est le cas du palmier de Chine qui se régénère seul et donne à certains sous-bois des ambiances de contrées lointaines...


La faune
En limite de la chaîne des Pyrénées, la côte basque concentre le flux migratoire des oiseaux. La Corniche Basque étant la seule vaste entité non-urbanisée sur le littoral, les oiseaux s'y reposent avant le franchissement des montagnes. On y observe régulièrement de nombreuses espèces migratrices qui ne s’arrêteront que quelques heures ou quelques jours (courlis, pluviers, œdicnème criard, huppe fasciée...) alors que d’autres y passeront toute la mauvaise saison (grand cormoran…). Certaines espèces, visiteuses d’été, vont s’installer ici pour s’y reproduire : milan noir, aigle botté, hypolaïs polyglotte … Alors que d’autres espèces, sédentaires, seront au contraire visibles toute l’année (grand corbeau, faucon pèlerin et faucon crécerelle…).
Parce qu’ici les Pyrénées plongent dans l’Atlantique, il est également possible sur le même coup de jumelle panoramique d’observer des cormorans huppés sur les récifs émergés et des vautours fauves dessinant dans le ciel de vastes orbes.

Après l'acquisition des premières parcelles en 1979, une convention de gestion a été signée avec la commune d'Hendaye à laquelle s’est associé en 2000, le Département des Pyrénées-Atlantiques. En 2011, le CPIE littoral basque, déjà en charge de l’animation a rejoint les deux autres gestionnaires.
Le Domaine possède plusieurs maisons qui ont chacune leur vocation :
Le public est accueilli à Asporotsttipi (voir « pratique »).
La gestion du domaine est pilotée à Larretxea où se trouve également un centre de ressources pour conseiller et accompagner les habitants et les collectivités sur une meilleure prise en compte des enjeux de conservation du patrimoine naturel, de développement durable et de culture du risque sur le littoral basque (sur rv au 05 59 20 37 20).
Nekatoenea abrite depuis 1998 des artistes en résidence et accueille des groupes d’enfants ou d’adulte lors d’animations.
En 2014, le Conservatoire a acheté la dernière maison du site, Katalinkoenea, dont la restauration future est liée à la mise en œuvre d’un projet écotouristique.

Les traces des activités humaines existant sur le site avant 1850 sont assez rares.
Basque par son père, lorsqu’Antoine d’Abbadie achète le domaine, il fait construire par Viollet-le-Duc son château de style néo-gothique qui sur le point le plus élevé de la bande littorale nous rappelle aussi son origine maternelle irlandaise. Astronome et explorateur, membre de l'Académie des Sciences, il y avait installé avant même la construction du château un observatoire astronomique. Un parc est aménagé par Eugène Bühler autour du château et de nombreuses espèces exotiques sont introduites à cette occasion. Le paysage a donc été modelé.
L'activité agricole sur la propriété était importante. Parmi la trentaine de fermes réparties sur plus de 300 hectares, quatre subsistent aujourd’hui dans l’actuel domaine d’Abbadia, Larretxea, Nekatoenea, Asporotsttipi, Katalinkoenea.
En 1910, un golf 18 trous fut créé, induisant des défrichements et des labours et donc un impact considérable sur le site.
Lors de la seconde guerre mondiale, les allemands y construisent les blockhaus du « mur de l'Atlantique ». Pour cela les derniers arbres de la Pointe Sainte-Anne furent abattus.
Après la guerre, l'activité agricole a repris mais les abords des blockhaus que l'on avait, sans succès, tenté de détruire ne furent pas utilisés. Aujourd'hui de nombreux bosquets cachent des « monstres » de béton déchiquetés.
Après l'acquisition par le Conservatoire en 1979 de 45 ha à l’Académie des Sciences, les rares cultures de céréales furent progressivement reconverties en prairies et en un verger conservatoire des variétés locales.
Grâce à des conventions passées avec des éleveurs locaux, le pâturage extensif avec des brebis de races locales se poursuit. Il constitue un mode de gestion naturelle et contribue à l'équilibre écologique et la préservation des paysages.

        

           

 

   Voir l'image en grand

 


AVIS AUX VISITEURS

A ce jour, en raison de la très grande dangerosité des falaises, l’accès à leur pied est interdit par arrêtés municipaux, de la Pointe Sainte-Anne à la Baie de Loya.



De nombreuses animations, des sorties nature, des conférences et expositions sont proposées tout au long de l’année pour différents publics. De même, peuvent être organisées pour les scolaires, sur rendez-vous, des visites de découverte, des classes du patrimoine, des classes à projets artistiques et culturels : www.cpie-littoral-basque.eu
A l’occasion des résidences d’artistes, le CPIE littoral basque propose également des rencontres, visites d’ateliers : www.nekatoenea.eu
Dans le cadre de trois projets européens transfrontaliers « TXINBADIA », la visite du site de Plaiaundi à Irun est le prolongement naturel, de l’autre côté de la baie de Txingudi : www.txinbadia.eu


ASPOROTSTTIPI - Maison de la Corniche Basque :
Que ce soit avant votre visite du site ou au retour de votre balade, n'hésitez pas à pousser la porte d'Asporotsttipi. Cette ancienne ferme abrite un centre d'interprétation qui vous aidera à apprécier toutes les richesses du Domaine d'Abbadia et de la Corniche basque.

La grande salle du demi-niveau supérieur est consacrée à la mise en valeur des différents points d'intérêt du site. Ambiance sonore, films d'animation didactiques, projections, quizz sur écrans tactiles permettent à tous, petits et grands, de découvrir les richesses géologiques, faunistiques, floristiques, les activités humaines passées et présentes. Cette exposition permanente est trilingue, français, basque et espagnol.

L'étage accueille les expositions temporaires (3 à 4 par an) qui bénéficient d'un riche programme d'accompagnement concocté par le CPIE Littoral basque (visites, conférences, projections).

De retour au rez-de-chaussée, la salle de projection/conférence présente en continu des films en lien avec le site. Grâce à son entrée indépendante et selon un programme prédéfini, cette salle permet également d'accueillir des conférences même en dehors des heures d'ouverture du bâtiment (voir programme d'animation).

Dans la salle de détente, sont présentées des informations actualisées sur d'autres sites naturels situés à proximité tant d'un côté que de l'autre de la frontière (Plaiaundi à Irun, Jaizubia à Hondarribia, Izadia à Anglet, Plaine d'Ansot à Bayonne, Marais d'Orx à Labenne...). Il est également possible d'y consulter de la documentation sur le Conservatoire du littoral ainsi que des livres naturalistes. Ne manquez pas de clore votre visite par un passage dans l'espace boutique nature. Vous participerez ainsi directement à la gestion du site car les bénéfices réalisés sont directement réinvestis dans le programme d'animations.

ENTREE LIBRE :
Octobre à mars : de 10h à 12h et de 14h à 17h30 (fermé dimanches, lundis et féries)
Avril et mai : de 10h à 12h et de 14h à 18h30 (fermé dimanches, lundis et féries)
Juin à septembre : de 10h à 13h et de 14h à 18h30 (tous les jours)
Tel 05 59 74 16 18 
Fermeture annuelle : vacances scolaires de Noël et la semaine suivante

Carte d'identité du site

Commune(s) : () , HENDAYE (64) , URRUGNE (64)

Surface protégée : 89.49 hectares

Protégé depuis : 1979

Nombre d'actes d'acquisition signés : 20

Balade Ouvert au public

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

Hendaye CG 64 CPIE basque

Les sites à proximité

Faire un don