Paysages

Bloc Paysage

COMPLEXE LAGUNAIRE DU NARBONNAIS

Au cœur du Parc naturel régional de la Narbonnaise, le vaste complexe lacustre et lagunaire qui unit les étangs de Gruissan, Bages, Sigean, Ayrolles et la Palme s’étend de la périphérie de Narbonne au nord jusqu’au plateau de Leucate au sud. Ce territoire fait d’eau douce ou saumâtre, parsemés d’îles, est le vestige de l’ancien golfe qui baignait Narbonne à l’époque romaine. Il fut comblé au Moyen Âge quand l’Aude fixa son cours plus au nord. Cet ensemble compose un paysage extraordinaire entre nature, culture et histoire. À l’est, il est séparé de la Méditerranée par un cordon littoral [...] Lire plus

Au cœur du Parc naturel régional de la Narbonnaise, le vaste complexe lacustre et lagunaire qui unit les étangs de Gruissan, Bages, Sigean, Ayrolles et la Palme s’étend de la périphérie de Narbonne au nord jusqu’au plateau de Leucate au sud. Ce territoire fait d’eau douce ou saumâtre, parsemés d’îles, est le vestige de l’ancien golfe qui baignait Narbonne à l’époque romaine. Il fut comblé au Moyen Âge quand l’Aude fixa son cours plus au nord. Cet ensemble compose un paysage extraordinaire entre nature, culture et histoire. À l’est, il est séparé de la Méditerranée par un cordon littoral sableux (le lido) et relié à la mer par des graus restés pour certains naturels. À l’ouest, il se heurte aux reliefs calcaires et arides des Corbières, au nord à ceux de la montagne de la Clape.

Presque continûment balancés par la tramontane ou le cers, ces paysages et milieux écologiques remarquables sont extrêmement fragiles. Les différents outils ou dispositifs qui les protègent (2 400 ha acquis par le Conservatoire du littoral et 14 sites gérés, une réserve naturelle régionale, un PNR) n’empêchent pas le développement – toujours insuffisamment maîtrisé – de l’urbanisation qui se diffuse, notamment au nord à la périphérie de Narbonne et à l’ouest au contact des Corbières. La fréquentation touristique et de loisirs concentrée l’été sur les étangs et le lido accentue cette fragilité, et les infrastructures (A9 et ex-RN9, éoliennes, extensions portuaires) sont bien souvent trop prégnantes dans ce paysage aux qualités incontestables.

Regards d'artistes

Jürgen Schilling, Ayrolle, 2010.
« Il s’est remis à marcher et je l’ai suivi, ainsi que les escadrons de moustiques qui me collaient aux basques malgré l’épouvantable odeur de géranium et de citronnelle qu’elles dégageaient. Et c’est vrai que le paysage était surprenant. On aurait dit que la nature régnait là à l’insu des hommes. Les différentes essences d’arbres enchevêtraient leurs branches sans qu’aucun jardinier ne se mêlât de venir y mettre bon ordre et les minéraux eux-mêmes semblaient jouir d’une liberté durement acquise par leurs vingt-trois millions d’années d’existence.  "Vous me prenez sûrement pour un dingue, fit [...] Lire plus

« Il s’est remis à marcher et je l’ai suivi, ainsi que les escadrons de moustiques qui me collaient aux basques malgré l’épouvantable odeur de géranium et de citronnelle qu’elles dégageaient. Et c’est vrai que le paysage était surprenant. On aurait dit que la nature régnait là à l’insu des hommes. Les différentes essences d’arbres enchevêtraient leurs branches sans qu’aucun jardinier ne se mêlât de venir y mettre bon ordre et les minéraux eux-mêmes semblaient jouir d’une liberté durement acquise par leurs vingt-trois millions d’années d’existence.
 "Vous me prenez sûrement pour un dingue, fit Franz en se penchant sur un bout d’herbe, mais on a connu des herboristes perdre toute retenue devant tant de richesses accumulées et se mettre à quatre pattes dans ce foisonnement avec des rires hallucinés" ».

Patrick Raynal, Ribatge moissalós, Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, Archives du sensible, 2015

Evolution de l'urbanisation

autour des étangs de Bages et de Sigean (entre Gruissan et Port-la-Nouvelle)
1965 1965
2014 2014

En 1965, excepté la ville portuaire et industrielle de Port-la-Nouvelle et les villages de Sigean et de Gruissan, l’espace qui entourait la lagune et les étangs était très peu construit. Depuis, ces petits centres urbains se sont agrandis aux dépens, pour certains, des zones humides avoisinantes. La prise de conscience de la valeur écologique et paysagère exceptionnelle de la lagune et des étangs a motivé, malgré un environnement très urbanisé, la création d’un Parc naturel régional (PNR de la Narbonnaise en Méditerranée) et d’une réserve naturelle régionale (Île Sainte-Lucie), ainsi que les acquisitions de nombreux terrains – y compris d’anciens salins – par le Conservatoire du littoral.

Jouer la vidéo

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    • Un vaste complexe lagunaire naturel de plus 5 000 ha de plans d’eau et 7 000 ha de zones humides


    • Des paysages cadrés au nord par la montagne de la Clape, à l’ouest par le massif des Corbières, au sud par la falaise de Leucate, à l’est par le lido et la mer

    • De grandes qualités graphiques renforcées par la présence du canal de la Robine et de la voie de chemin de fer Montpellier-Perpignan qui traversent les étangs

    • Des ambiances paysagères et agricoles variées à la périphérie des étangs : vigne sur le piémont des Corbières et riziculture dans les marais de Narbonne

    • Des paysages animés par une pêche professionnelle encore active sur les étangs

  • Picto Pano menace

    • Un étalement urbain important, plus particulièrement à la périphérie de Narbonne

    • Une forte prégnance des infrastructures routières (A9, RN9, port de Port-la-Nouvelle)

    • Une forte fréquentation touristique et de loisirs, parfois anarchique, principalement sur les plages

  • Picto Pano protection

    • 14 espaces naturels protégés par le Conservatoire du littoral, un parc naturel régional (PNR de la Narbonnaise en Méditerranée), une réserve naturelle régionale (Île Sainte-Lucie)

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages